Aller au contenu

3 peurs qui vous empêchent de vous lancer et comment les surmonter

Que vous envisagiez d’entreprendre, que vous travailliez déjà sur votre idée d’entreprise ou que vous soyez sur le point de vous lancer, vous avez sans doute déjà pensé « oui, mais plus tard », « pas encore », « ce n’est pas le bon moment ».

C’est la même réflexion qui vous fait peaufiner vos cartes de visite au lieu d’aller démarcher des prospects, ou vous pousse à attendre le parfait prestataire pour publier votre site internet plutôt que d’officialiser votre lancement directement sur LinkedIn (d’ailleurs on peut vous aider pour le prestataire, contactez-nous !).

Etat de fait n° 1 : entreprendre, ça soulève des peurs profondes

Quand un nouveau challenge arrive, on peut ressentir différentes émotions : l’excitation, la panique, la peur, la fierté, le doute, etc. Ca vous est déjà arrivé ? Bonne nouvelle, vous êtes humain.e ! La peur de se lancer peut prendre plusieurs formes et intervenir à chaque moment de votre parcours entrepreneurial. C’est tout à fait normal, c’est même sain tant qu’elle ne vous bloque pas indéfiniment. Parlons-en !

Etat de fait n°2 : la peur n’empêche pas le danger

A côtoyer des entrepreneur.e.s au quotidien, nous avons identifié les trois peurs les plus paralysantes pour les porteurs et porteuses de projet. Décortiquons-les ensemble pour apprendre à les reconnaître et les surpasser.

Je ne suis pas assez…

Vous n’êtes pas assez experimenté.e, ou expert.e dans votre domaine. Vous êtes trop vieux, ou alors trop jeune. Vous n’êtes pas assez bon vendeur/se, ni connecté.e à l’écosystème… Ca vous parle ?

Le manque de confiance en soi et le perfectionnisme ont tué dans l’œuf plus d’entreprises qu’on pourrait le croire. Le seul moyen d’y remédier c’est de se lancer ! Imaginez-vous être cette personne assez expérimentée, experte, avec le bon âge, etc. Tout ce qu’il vous faut. Prenez son assurance et assumez son rôle. Projetez-vous, devenez cette personne que vous admirez, petit à petit.

J’ai peur de me tromper

Et si ce n’était pas la bonne activité pour vous ? Comment pourriez-vous rebondir ? Comment allez-vous trouver vos premier.e.s client.e.s et les suivant.e.s ? Et si ce n’était pas la bonne idée/le bon moment ? Et si vous nouvelle offre de services ne rencontrait pas le succès espéré ? Et si votre post LinkedIn n’était pas sur le bon ton ?

De la grande décision au petit challenge quotidien, revoilà le syndrome de l’imposteur, bien connu des entrepreneur.e.s ! De notre expérience, on ne s’en débarrasse jamais vraiment - et essayer n’est d’ailleurs pas judicieux, il a une utilité : nous protéger - par contre, on peut apprendre à vivre avec et à ne pas lui céder trop de place.

La peur d’être critiqué.e ou jugé.e

Comment votre reconversion sera-t-elle accueillie au sein de votre réseau ? Et que dira votre famille ? Votre entourage ? Vos anciens collègues… si ça ne marche pas ? Ou si ça prend plus longtemps à décoller ? Comment réagir si vous vous grillez sur la place publique ? Et même, si vous devenez une success story en soi, qu’est-ce que cela va changer dans vos relations ?

Mauvaise nouvelle : vous ne pourrez jamais plaire à tout le monde ! Entreprenez pour vous, pas pour les autres. Tant que vous restez aligné.e avec vos valeurs, vous pourrez garder la tête haute dans tous vos projets, quelle que soit leur issue.

Etat de fait n° 3 : avec les conseils avisés et actionnables, vous les surmonterez !

Vous vous retrouvez dans ces situations ? Vous n’êtes pas seul.e ! En plus des astuces ci-dessus, voici nos trois meilleurs conseils pour reprendre le contrôle, dépasser vos peurs et vos doutes.

Arrêtez de penser et passez à l’action

Vous connaissez le proverbe « mieux vaut fait que parfait » ? C’est le moment de le personnifier ! Dans le milieu startup, on dit que si la première version de votre produit est parfaite, c’est que vous l’avez lancée trop tard ! Mettez de côté votre perfectionnisme et entreprenez des actions concrètes pour faire avancer votre projet. L’important c’est de sortir quelque chose de tangible, puis de l’analyser et de l’améliorer. C’est la meilleure façon de vous assurer d’avancer dans la bonne direction, et de perfectionner votre offre au fur et à mesure. C’est le principe même de « l’entrepreneuriat scientifique ».

Sachez prendre du recul

Vous y pensez jour et nuit, c’est votre bébé, et… vous n’êtes plus objectif/ve sur quoi que ce soit. Impossible de prendre de bonnes décisions quand vous êtes la tête dans le guidon depuis longtemps. Ménagez-vous du temps pour prendre les choses par un autre bout, pour changer votre point de vue. Une astuce qui marche bien : suivez les conseils que vous donneriez à un.e ami.e qui serait à votre place. On a souvent tendance à donner de bons conseils mais à ne pas les appliquer à nous-mêmes 😉 Vous pouvez aussi vous faire accompagner par des expert.e.s bienveillant.e.s qui pourront jouer ce rôle (et d’autres !)

Avancez pas à pas

Commencer c’est bien, persévérer c’est encore mieux ! Cet énorme projet de lancement peut faire peur, alors prenez le temps de le décomposer en plusieurs plus petites étapes, et attaquez les tâches définies par étape, une par une, sans vous soucier de leur nombre. Typiquement, pour gravir l’Everest, il faut déjà acheter des chaussures de marche, les tester sur de courtes randonnées, puis partir quelques jours en itinérance, etc. Et s’il le faut, allez plus loin : vérifier quel type de chaussures est le plus adapté pour l’Everest, puis quelles marques en vendent, aller tester plusieurs paires, etc. Il n’y a pas d’étape trop petite si cela vous permet d’avancer. Utilisez un outil ou une méthode pour garder le fil et la motivation, la méthode kanban par exemple !

On vous entend d'ici : c’est facile à dire mais ce n’est pas toujours facile à faire… bien sûr ! C’est en mettant ces conseils en œuvre au quotidien que vos stratagèmes pour accroître votre zone de confort deviendront inconscients et vous permettront de passer outre les craintes sous-jacentes à vos blocages. Ca en vaut le coup ! 💪 En développant votre projet, vous développerez un panel de compétences inimaginable au début.

Continuez votre découverte de l'entrepreneuriat local avec ces articles :

5 vérités qui rassemblent les entrepreneur.e.s

Y a-t-il des entrepreneur.e.s dans votre entourage ? Oui ? Vous êtes-vous rendu.e compte que malgré leurs éventuelles différences, vous pouvez tirer parti des erreurs qu’ils/elles ont déjà faites et des leçons qu’ils/elles en ont tirées ? Nous avons eu l’occasion de discuter avec quatre grandes figures de l’entrepreneuriat luxembourgeois de leurs parcours respectifs, leurs quotidiens, leurs succès…

Les 19 canaux d’acquisition client pour votre croissance

Ah… la prospection ! On en parle ? A votre lancement, vous passerez la moitié de votre temps sur votre service ou produit mais il vous faudra consacrer l’autre moitié de votre précieux temps à développer votre clientèle. Alors, comment acquérir de nouveaux/elles client.e.s ? Quels canaux d’acquisition choisir ? Les 19 canaux d’acquisition Qu’ils soient numériques ou physiques,…

Définissez le meilleur positionnement de votre entreprise en 8 points

Le positionnement de votre entreprise, c’est-à-dire « l’image que votre entreprise renvoie à vos prospect.e.s, client.e.s, concurrent.e.s et partenaires », est un levier majeur de réussite. Vous avez une idée d’entreprise ? Vous avancez dans sa modélisation et on vous parle de positionnement, de différenciation ? Ou peut-être vous êtes-vous déjà lancé.e et vous vous rendez maintenant compte que…

Reprendre une entreprise avec l’aide de son banquier

L’entrepreneur.e est un.e créateur/trice : il ou elle prend le risque d’investir son capital dans un projet avec la volonté de transformer son idée en entreprise. Au fur et à mesure de son développement, l’entreprise crée une relation avec ses client.e.s, ses fournisseurs, engage des salarié.e.s, et innove. L’esprit entrepreneurial est ancré au Luxembourg. Malgré les…

Le Social Business Model Canvas (partie 2)

Dans cette seconde partie, nous vous présentons la fin du SBMC (Social Business Model Canvas), l’outil qui vous permet de structurer votre modèle économique de façon synthétique. Vous avez raté la première partie ? Commencez par là ! La relation clients/bénéficiaires A ce stade, il sera temps pour vous de vous questionner sur le type de relation…

Ce contenu vous a plu ? Partagez-le !