Lancez votre projet avec un minimum de fonds : l’art du bootstrapping

Le bootstrapping n’est pas juste un énième anglicisme dans le monde de l’entrepreneuriat… Derrière ce terme obscur se cache tout simplement le fait de lancer un projet et de le développer par vos propres moyens, avec le minimum d’aide financière extérieure. Le but ultime est même d’utiliser le revenu généré par vos premiers clients pour financer chaque nouvelle étape de votre projet. Bien entendu, cela peut paraître difficile (à juste titre) ou contre-intuitif, mais « bootstrapper » votre projet peut être un puissant accélérateur de sa réussite !

Avant toute chose, sachez qu’il est possible de l’utiliser dans tous les secteurs d’activité et à tous les stades de maturité de votre projet. Le bootstrapping n’est pas uniquement utile au démarrage de votre activité. Au-delà de simples techniques ou de bonnes pratiques, c’est un état d’esprit que vous pouvez cultiver et appliquer tout au long de la vie de votre entreprise.

Les avantages du bootstrapping

En effet, « bootstrapper » votre projet a de nombreux avantages qui feront de vous un meilleur entrepreneur :

  • Vous serez plus combattif : durant votre aventure entrepreneuriale vous devrez faire face à de nombreux défis, parfois inattendus. Vous n’aurez pas toujours la possibilité de trouver la bonne personne pour vous aider en temps voulu. En comptant sur vous et vos compétences pour résoudre vos problèmes, vous apprendrez à faire par vous-même ! Heureusement, vous pourrez vous appuyer sur de nombreux outils gratuits pour vous aider dans tous les domaines. Au passage, vous améliorerez votre résistance au stress, un point essentiel pour lancer et diriger une entreprise.
  • Vous deviendrez plus créatif : manquer de ressources vous poussera à trouver des solutions alternatives auxquelles vous n’auriez probablement jamais pensé. Vous développerez votre sens de l’innovation, une qualité qui peut avoir un impact énorme sur le futur de votre entreprise : meilleurs produits/services, communication plus originale, optimisation de vos coûts, etc. D’ailleurs, cette approche porte même un nom : le Jugaad. Ce mode d’innovation « frugale » trouve ses racines en Inde et permet de créer de nouveaux produits et services dans un contexte de ressources extrêmement limitées.
  • Vous pourrez vous concentrer sur l’essentiel : La différence entre un projet qui échoue et un projet qui réussit , c’est un client payant. Tout simplement.

Lors de la création de votre entreprise, votre plus grande priorité est de valider l’existence d’un marché prêt à payer un prix qui vous permette d’être rentable. La recherche prématurée de financement extérieur est un leurre qui fait malheureusement perdre beaucoup de temps et d’énergie à de nombreux entrepreneurs. Le bootstrapping vous oblige à vous focaliser sur ces éléments vitaux pour la réussite de votre projet. Vous aurez donc plus de poids et de crédibilité lorsqu’il sera temps de solliciter des financements externes.

bootstrapping2

Comment l’appliquer à votre projet

Personne n’a dit qu’il était facile de bootstrapper un projet ! Cela demande de la rigueur et une certaine préparation.

Voici quelques conseils pour réussir à l’implémenter au mieux pour votre future entreprise :

  • Si vous entreprenez à plusieurs, choisissez des co-fondateurs aux compétences complémentaires : cela semble évident, mais plus votre équipe sera complémentaire moins vous dépendrez de prestataires externes ou d’employés. Gardez à l’esprit qu’embaucher des salariés demande une trésorerie solide. Des embauches trop prématurées peuvent rapidement plomber les finances de votre entreprise. Dans un premier temps il est parfois plus judicieux de chercher des associés prêts à s’investir à vos côtés. Si vous ne savez pas où les trouver, construisez votre réseau. Une plateforme comme Meetup regorge d’événements autour de l’entrepreneuriat ou de centres d’intérêts en lien avec votre projet : vous aurez probablement des chances d’y rencontrer vos futur(e)s associé(e)s !
  • Ne vous précipitez pas pour créer votre entreprise : un projet ne doit jamais se faire dans l’urgence. La tentation de suivre votre intuition pour exploiter « rapidement » une opportunité de marché prometteuse est forte… mais sachez y résister ! Vous risquez sinon de prendre des décisions hâtives qui vous feront gaspiller beaucoup d’argent. Au contraire, si vous occupez encore un poste salarié, temporisez et mettez un maximum d’argent de côté. Commencez à travailler sur votre projet tout en conservant votre emploi. Pensez à anticiper les démarches administratives pour créer votre entreprise, en contactant par exemple la House of Entrepreneurship, .Créez la structure légale uniquement à la fin de votre démarche de pré-création, lorsque la viabilité de votre projet est validée. Cela vous permettra de différer au maximum les coûts liés à la création et de ne pas engager d’argent dans un projet où les risques d’échec seraient importants !
  • Formez-vous en permanence : il n’a jamais été aussi simple, rapide et abordable de vous former sur presque tous les sujets possibles et imaginables. Entre les tutoriels vidéos, les blogs, les plateformes de MOOC, les webinars, etc. ce n’est pas le contenu qui manque pour acquérir de nouvelles compétences ! En plus, vous apprendrez certainement des choses qui vous seront utiles lorsque votre entreprise prendra de l’ampleur.
  • Sous-traitez intelligemment : au début de votre projet vous devrez faire beaucoup de choses par vous-même. Cependant, l’objectif n’est pas d’être capable de gérer de A à Z toutes les tâches de votre entreprise. Lorsque votre projet prendra de l’ampleur votre défi sera de choisir quoi externaliser et auprès de qui. Par exemple, si vous n’avez pas de connaissances en comptabilité, apprenez au moins les bases pour gérer les opérations courantes mais appuyez vous sur un expert dont c’est le métier dès que possible. Heureusement il est aujourd’hui très facile de trouver des freelances pour vous aider via de nombreuses plateformes spécialisées.
  • Développez une stratégie de contenu pour attirer des clients : C’est un sujet tellement vaste qu’il pourrait faire l’objet de plusieurs articles à lui seul ! Quoi qu’il en soit, mettre en place une stratégie de contenu est un excellent moyen de développer votre notoriété, toucher vos clients et potentiellement générer des ventes, le tout sans dépenser des milliers d’euros dans des campagnes publicitaires payantes. D’après une étude récente réalisée aux Etats-Unis, 70% des clients préfèrent rentrer en contact avec une entreprise via un article plutôt que par une publicité. Pour résumer, le contenu est aujourd’hui devenu roi pour amener les clients à vous. Pour creuser ce sujet, vous pouvez consulter ce petit guide gratuit qui vous aidera à mettre en place une stratégie de contenu pour votre entreprise.

Pour résumer, « bootstrapper » votre projet vous donnera un certain nombre d’avantages sur le long-terme : amélioration de votre profil d’entrepreneur (polyvalence, combativité, capacité à apprendre rapidement, etc), meilleure crédibilité financière (c’est un gros point fort d’aller voir des banques ou des investisseurs en ayant financé vous-même une bonne partie de votre projet), plus grand discernement dans le choix des prestataires, etc.

Vous vous concentrerez sur la validation d’un business model qui vous rapporte de l’argent via vos clients, et vous ne serez pas désespérément dépendant de financeurs externes. Ce n’est pas un exercice facile, certes, mais vous en récolterez les fruits en développant des entreprises plus résilientes.

Ce contenu vous a plu ? Partagez-le !