Entreprendre : seul ou à plusieurs ?

La création d’une entreprise vous tente, mais vous ne souhaitez pas vous lancer seul ? Les raisons peuvent être multiples (isolement, risque financier, manque de compétences, plus de chance de convaincre, etc.). L'idée de se mettre à plusieurs pour lancer - ou reprendre - une activité est fréquente et naturelle. Il est d'ailleurs prouvé qu'une bonne association maximise les chances de succès et de croissance. Mais les échecs sont nombreux également !

Créer à plusieurs présente certains avantages :

  • On est plus créatif à plusieurs ! Seul il n'y a pas d'émulation, d'effet multiplicateur, d'interactions.
  • Cela permet d’élargir et de partager les compétences nécessaires pour piloter et développer une entreprise : gestion, financement, créativité, communication, marketing, techniques de production, leadership, etc.
  • A plusieurs, on a également une puissance de travail démultipliée.
  • Les décisions stratégiques se prennent à plusieurs : investissement, recrutement, réponse à un appel d’offre… C’est rassurant !
  • Les risques et les coups durs sont partagés : on les affronte ensemble et on les résout ensemble.
  • L’esprit d’équipe fait la différence devant des partenaires comme des banquiers et investisseurs.

Mais une association mal préparée peut être source de graves difficultés :

  • La prise de décisions collectives n’est pas toujours simple.
  • Le risque de conflit entre cofondateurs existe. C’est même une des principales causes d’échec des nouvelles entreprises.
  • Vous pouvez être confronté à un manque d’implication d’un associé qui n’aurait pas la même vision que vous du devenir de l’entreprise.
  • Il peut être difficile de sortir d’une société, d’un point de vue juridique.

Une association mal préparée peut être source de graves difficultés pour l’entreprise. Comme les associés vont constituer le cœur de la nouvelle entreprise et qu'il s'agit d'une question complexe de relations humaines, il est important de travailler ce point au plus tôt. Voici quelques conseils qui vous permettront de vous lancer à plusieurs avec les meilleures chances de succès :

associer1

1. Posez-vous en amont les bonnes questions

  • Pourquoi souhaitez-vous vous associer ? Quelles sont vos questions, vos envies et vos craintes par rapport à l'association envisagée ?
  • Ces réponses sont-elles convergentes avec celles de vos associés ? Partagez-vous la même vision de votre future entreprise ?
  • Quelle place, vous et vos associés souhaitez-vous occuper au sein de celle-ci ? Que souhaitez-vous y faire au quotidien ? Qu’est-ce qui vous intéresse réellement dans ce projet ?
  • Quel est le degré d’engagement personnel que vous être prêts, vous et vos associés, à y consacrer en termes de temps et d’argent ?

Il est vital de s’accorder sur la vision de l'entreprise. Si, à l’issue de cette réflexion, il ressort par exemple que la création de cette entreprise représente pour certains un véritable projet de vie et pour d’autres une activité subsidiaire, vous allez au-devant de difficultés.

2. Définissez les responsabilités de chacun

On a tous nos zones de confort et d’inconfort. Personne ne combine toutes les compétences.  La tendance naturelle sera de rechercher des gens qui nous ressemblent...  Or, l’intérêt est de rassembler des compétences différentes et complémentaires. Exemple : gestionnaire-technicien / vendeur-financier / créatif-rigoureux / introverti-extraverti / audacieux-prudent.

Définissez clairement vos rôles, vos champs de responsabilités. Certains vont ainsi jusqu'à formaliser par écrit le rôle détaillé de chacun des associés !

3. Clarifiez la prise de décisions

Entre associés, qui va décider quoi ?  C’est une question cruciale, délicate et complexe.

  • Soit un leader émerge, unanimement reconnu. Il suffit d’organiser les relations avec ce capitaine. La désignation d'un pilote facilite alors la direction de l'entreprise.
  • Soit vous mettez au point un système de décision à plusieurs (collégialité, unanimité, majorité, majorités variables, etc.).

Il n’est pas rare de voir deux associés souhaiter se placer sur un strict pied d’égalité, tant sur le plan de leur participation financière que sur celui des prises de décisions. C’est naturellement une situation à éviter.  Mais si c’est votre cas et si vous ne voulez pas faire rentrer un 3ème associé dans votre société, définissez dès maintenant la procédure à suivre en cas de mésentente entre vous et inscrivez la dans un "pacte d’associé". Vous pouvez par exemple désigner une personne de confiance, un médiateur qui sera en charge de trouver une solution au problème. Il est beaucoup plus simple de réfléchir à tout cela lorsque l’on se trouve en phase de création et que l’on s’entend bien que plus tard lorsque les difficultés sont là.

associer2

4. Evaluez les apports et fixez les rémunérations

Avec la prise de décision, la question de la rémunération est l’un des aspects les plus sensibles entre associés. En effet, vous êtes juge et partie prenante et l’aspect psychologique est important.

Deux règles d'or :

  • ne s'octroyer des rémunérations que si la situation financière de l'entreprise le permet.
  • respecter l'équilibre entre associés

Autres points à respecter :

  • Objectiver en comparant les rémunérations avec le marché
  • Distinguer la rémunération du capital et du travail. L'actionnaire passif aura intérêt à maximiser le résultat et minimiser la rémunération du travail ; l'inverse étant vrai pour l'associé actif.

5. Prévoyez la sortie

Paradoxalement, il est important de réfléchir à une éventuelle sortie de l'affaire dès son lancement et de fixer les modalités par écrit.

Un point central est la valorisation de l’'entreprise et donc des parts du sortant. Mettez-vous d’accord sur une technique de valorisation durable tout en gardant en tête que la priorité doit rester le projet.

N’hésitez pas à vous faire conseiller par un avocat qui vous apportera un regard extérieur, vous aidera à vous poser les bonnes questions et vous conseillera sur les solutions juridiques à adopter.

6. Communiquez

Ce qui peut amener à l’échec d’une association relève souvent d’une peur d’exprimer clairement ses envies et ses attentes au sein de l’entreprise. Pour assurer le succès, communiquez régulièrement, soyez transparents, créez la confiance, échangez sur vos visions à long terme et partagez vos valeurs.

Un livre pour aller plus loin : « Bien s’associer pour mieux entreprendre »

Ce contenu vous a plu ? Partagez-le !