Aller au contenu

Pourquoi coopérateur ?

Je voulais rapprocher les forces de travail de la gouvernance et de la structure d’entreprise. Et donc la coopérative s’est imposée, même si c’est assez étonnant et peu courant comme structure pour des services. L’idée étant que chaque coopérateur est membre et porte un sujet particulier et est impliqué pas seulement dans la prestation des services, l’animation des ateliers, des séminaires, des formations, mais est aussi partie prenante à part entière dans la gestion de l’entreprise, son orientation, ses décisions au quotidien ou plutôt stratégie.

Qui prend les décisions ?

La société appartient à tout le monde. Il n’est plus question de rapports de force au travers du nombre de parts ou des montants investis, puisque dans une coopérative, chacun des coopérateurs a une voix au moment de la délibération.

Ça change vraiment ?

Je sais, pour être aussi directeur dans d’autres entreprises, que oui, fondamentalement, ça change quand même assez bien la donne par rapport à des structures comme elles sont vues et vécues traditionnellement de façon hiérarchique, de façon très, très pyramidale.

Difficile de convaincre les autres ?

Non, c’est venu de façon très, très évidente. On connaît ce milieu-là, on est familiers avec ses différents rôles et ça a été assez simple de se dire, maintenant, on veut faire quelque chose de différent et qui traduit ça, qui nous permette de traduire l’esprit qu’on veut mettre dedans. Donc, la coopérative, c’était assez évident.