Transcript

Lancer un produit dans l’édition

Comment choisir le format ?
Maison Moderne a commencé il y a 25 ans par la création d’Explorator, un guide annuel, ce qui était plus simple à faire puisque j’étais seul à lancer l’entreprise. Du coup le rythme annuel correspondait à ce que je pouvais livrer.

Quel time to market ?
Entre l’idée et le premier numéro ça s’est passé vite. Il fallait le temps de le produire certes, mais le time to market pour aller chercher l’information, chercher les clients, c’était sous quelques mois. Après il fallait le temps de le sortir mais c’était sous neuf mois à peu près.

Combien d’exemplaires ?
Il faut toujours voir grand quand on lance des choses donc on a vu plutôt grand… La distribution au Luxembourg nous a dit que c’était peut-être un peu beaucoup, on a dit « c’est pas grave, on va pousser, on va pousser ». On a eu pour le lancement une collaboration incroyable avec beaucoup de médias luxembourgeois qui nous ont aidés parce qu’on était les petits jeunes qui lançaient un guide annuel hors concurrence, c’était pas bien menaçant.

Comment procéder ?
Je dirais de l’intuition, puisque j’avais déjà édité quelques petits magazines avant en mode semi-professionnel et j’avais une clientèle de base, j’avais des lecteurs, j’avais le sentiment qu’il y avait un besoin sur le marché. Le marché de l’édition et de la presse était beaucoup moins occupé aussi à l’époque. L’année culturelle européenne venant, ca donnait un enthousiasme pour quelque chose de nouveau et on s’est lancé comme ça, il n’y avait pas beaucoup d’aspects théoriques, de business plan. C’était aussi une aventure je dirais très modeste.

La stratégie de départ ?
La stratégie de départ c’est de faire quelque chose qui était bien, qui allait plaire aux lecteurs en premier lieu, avec ma conviction de toujours : une fois qu’on a les lecteurs, les annonceurs ils suivent. De travailler et de penser d’abord lecteur : une fois que les lecteurs sont là en masse et en qualification, tout le reste ça va tout seul je dirais. On est tenté de servir d’abord l’annonceur qui souvent ramène bien plus d’argent que le lecteur, bien que le lecteur ait acheté Explorator. Il a été épuisé dès le premier numéro donc ça fonctionnait très très bien, mais l’unique stratégie c’était ça, c’est d’avoir une raison d’être par le fait que le lectorat soit intéressé.