Pourquoi ?
A l’heure actuelle, avec les besoins actuels et les solutions technologiques actuelles, je me vois mal sortir un nouveau service sans un aspect digital, parce que c’est plus efficace, parce qu’en matière d’expérience utilisateur, c’est plus sympa, parce que c’est paperless. Il y a plein d’atouts au digital

Quelle stratégie d’acquisition client ?
Pour développer notre service dans un premier temps, au niveau des B2B2C, donc principalement des employeurs qui offrent un service à leurs employés. On a surtout pioché dans nos réseaux privés qui nous ont permis de nous ouvrir des premières portes. Ensuite, la qualité du service fait aussi le reste. Sur la partie B2C, un des gros avantages du marché luxembourgeois, du fait de sa petite taille, c’est la force du bouche-à-oreille. Donc, dès le démarrage, ça nous a aidés et ça continue encore à nous aider au quotidien.

B2B ou B2C ?
Au démarrage, on a lancé le service, principalement pour le B2C parce que c’est là qu’il fait tout son sens. Maintenant, c’est un service qui a pris quand même énormément de temps à démarrer. Comme tout service, probablement. Et on s’est bien rendu compte qu’il fallait aussi faire face à des échéances d’entreprises, des échéances mensuelles, des salaires à payer. Et donc, dans ce cadre-là, on s’est demandé comment aussi atteindre plus rapidement des particuliers, mais pas à domicile. On a alors pensé au B2B2C. Donc, comment accéder à ces gens-là sur leur lieu de travail ? D’un point de vue rentabilité, c’était très bien dans le sens où sur un seul lieu géographique, on va récupérer plusieurs commandes. Malgré tout, même si le service aux particuliers reste notre philosophie, on se rend compte de plus en plus, depuis quelques mois que ce qui nous fait vivre au quotidien, c’est le B2B. Donc c’est la partie industrielle. Parce que les volumes sont sans commune mesure. Donc cela nous permet in fine de pouvoir gérer au mieux notre activité.

Pourquoi une appli mobile ?
Parce qu’encore une fois, c’était un indispensable. Pour moi, le smartphone c’est l’ami de la mobilité aussi. Donc, on a toujours le smartphone dans sa poche ou près de soi, près de ses mains. Donc inévitablement, on a envie d’avoir Klin aussi dans sa poche et donc, de facto, on a développé une application mobile. En plus, le mobile nous permet souvent d’offrir quelque chose d’un peu plus sympa en matière d’expérience utilisateur. L’année dernière, on a souhaité lancer cette application mobile où on a revu complètement le design. On a pu corriger nos erreurs du début. On s’est rendu compte que dans notre processus de commande, il y avait des choses qui n’étaient pas forcément très intuitives, qu’on a pu complètement modifier dans l’application mobile pour arriver sur quelque chose de très simple à l’utilisation. A l’heure actuelle, au niveau des particuliers, on doit avoir à peu près 60 à 70% de commandes qui viennent du mobile.