Quelles fonctionnalités ?
Les fonctionnalités que l’on développe pour Passbolt sont basées sur une roadmap qui est ouverte. Elle est disponible sur notre site Web et elle est nourrie par les demandes des utilisateurs gratuits d’un côté et les demandes clients de l’autre côté. Donc, on pèse toujours quelle fonctionnalité a le plus de traction. Il y a des fonctionnalités qui sont évidentes, comme la version mobile de Passbolt, que tout le monde nous demande, il y a des fonctionnalités qui sont moins évidentes, mais qui vont pouvoir être demandées par des très gros clients avec des gros budgets pour des use cases particuliers. Donc, pour nous, en tant que startup, on est obligé de mesurer 1 – le contentement de la communauté, qui est très important puisque c’est notre source de distribution 2 – le ROI, c’est-à-dire combien d’énergie on va mettre dans une fonctionnalité pour ce qu’elle nous rapportera à court terme, à moyen terme et à long terme.

Développer en interne ?
C’est mon opinion personnelle. Oui, je pense que quand on se lance dans un projet technique, il faut internaliser le développement. Je pense que l’externaliser, c’est prendre de gros risques, surtout si l’on n’est pas technique soi-même. Parce qu’on ne maitrise pas la chaîne de production, on ne maitrise pas la qualité du code qui est produit. J’ai vu plusieurs cas concrets de startups qui ont subi des retours de flamme par rapport à ça. Et quelquefois, c’étaient des années de perdues à investir dans du développement qu’on ne maîtrisait pas. Donc surtout si l’essence du business plan est basée sur la technique, c’est absolument quelque chose à contrôler en interne.