Valider le besoin social de son projet

Dans le domaine de l’entrepreneuriat social, on entend souvent parler de besoins sociaux. En effet, un projet d’entreprise sociale n’a de légitimité que s’il vient répondre à un besoin social. Mais que signifie concrètement ce terme ? Et comment valider ce besoin ? Dans le cadre du programme Impuls, un bon nombre de porteurs de projets ont du mal à qualifier le besoin social visé et se demandent si leur projet est assez « social ».

Le besoin social se distingue par sa dimension collective : il est souvent exprimé par une population qui réside sur un territoire et/ou qui partage certains caractéristiques tels que l’âge, les revenus, la situation familiale, le handicap, la vulnérabilité… Le besoin social va de pair avec l’innovation sociale et consiste à élaborer des réponses entrepreneuriales nouvelles à des besoins de la société mal ou peu satisfaits, comme par exemple le chômage, l’éducation, la pollution environnementale, etc.

besoin_social2

1. Délimitez le problème et expliquez les causes

Si vous vous êtes engagé, c’est que vous êtes absolument convaincu du bien-fondé de votre projet. Bien que ce soit évident pour vous, il est fondamental de définir précisément le problème social auquel vous répondez afin de démontrer sa pertinence. Cette étape consiste à analyser les points de blocage qui empêchent la résolution du problème et à identifier les leviers d’actions. Vous pouvez vous appuyer sur l’outil de l'arbre à problèmes qui vous permettra de visualiser l’ensemble des causes et des conséquences de votre problème.

Voici quelques questions à vous poser :

Quel est le problème identifié ? Pourquoi est-ce un problème ? Quelles sont les causes et les conséquences de ce problème ? Qui est touché par ce problème ? Quelles est la cible ? Qu’allez-vous changer concrètement et comment ?

2. Préciser le périmètre territorial du besoin

Tout projet vient s’inscrire, avant tout, dans une réalité locale et territoriale qu’il faut essayer de connaitre au mieux pour anticiper ses évolutions. Analysez l’environnement dans lequel s’inscrit le problème identifié. Quel est l’état de la concurrence ? Dans quel territoire s’inscrit votre solution ?

Définir votre champ d’intervention vous permettra d’identifier les acteurs et les parties prenantes avec qui vous devez ou vous avez intérêt à travailler avec. Pour cette phase, plusieurs outils peuvent être utilisés : une étude de marché (ex. analyse de la concurrence), une analyse de l’environnement et des tendances (ex. PESTEL, SWOT), une étude terrain, …

3. Quantifiez le problème afin de démontrer son ampleur

Il est important que le problème soit confirmé à travers des données fiables et un travail de documentation précis. Plusieurs outils et méthodes peuvent être mises en œuvre : enquête quantitative, études, statistiques, etc. Chiffrer autant que possible le nombre de personnes concernées en sélectionnant les chiffres les plus parlants par rapport à votre projet. Quantifier le besoin social peut s’avérer un exercice complexe et assez chronophage mais cette analyse va apporter plus de crédibilité dans votre projet. La STATEC, les sites des ministères ou des enquêtes au niveau européen peuvent être des bonnes sources pour vos recherches quantitatives.

Essayez d’apporter des réponses aux questions suivantes  :

Combien de personnes sont touchées par la problématique en question ? Quel est le coût provoqué par ce problème ?  Quel est le coût pour la société de ne pas traiter ce problème ?

4. Allez à la rencontre de vos cibles

Il est fondamental d’identifier et de valider les besoins de vos cibles. Que ce soit des bénéficiaires (les personnes qui vont bénéficier de votre offre) ou des clients (ceux qui vont payer), effectuer un questionnaire d’enquête (étude qualitative) vous permettra d’évaluer et de recenser leurs besoins : est-ce un problème qui vaut la peine d’être résolu auprès de vos cibles ? Quels sont les besoins ou les frustrations ressentis ? Il est important de prendre le temps d’interroger ces personnes, les écouter et les associer à la définition du projet.

Selon le type de projet, il peut s’avérer très utile et pertinent d’intégrer les bénéficiaires dans le processus de définition du besoin. Vous pouvez les associer dès le démarrage, par le biais de groupes de travail, d’enquêtes ou d’échanges collectifs.

La définition du besoin est une étape clé dans le développement d’un projet. Une mauvaise définition pourrait remettre en cause la pertinence de votre action ainsi que l’efficacité et la pérennité de votre projet. Être entouré par des professionnels et des structures d’accompagnement (telles que nyuko via son programme Impuls ou 6zero1) vous aidera à structurer cette démarche et consolider les bases de votre projet.

Ce contenu vous a plu ? Partagez-le !