L’évaluation de l’impact social : comment s’y prendre ?

Œuvrer pour le bien de la société, tel est l’objectif des entreprises sociales. Exclusion, environnement, santé… elles placent l’intérêt général au cœur de leurs activités pour générer un impact positif.

Dans ce contexte, la mesure de l’impact social est un enjeu majeur pour ces organisations, et pourtant il est parfois difficile d’y voir clair sur la méthode à adopter.

Il existe diverses approches et autant d’outils pour valoriser les changements générés par l’activité d’une entreprise sociale : évaluation du changement, approche coûts-bénéfices, …

Au Luxembourg, une grille d’évaluation basée sur la méthode CDI ratings a été développée afin de proposer un référentiel précis et pratique aux entreprises sociales sous l’agrément de la Société d’Impact Sociétal (SIS). Retrouvez la ici.

impact1

Quelle que soit la méthode utilisée, il vous faudra tout d’abord établir une liste de questions clés à vous poser avant de démarrer.

#1. Identifiez la finalité de l’évaluation 

Avant toute chose, il faut commencer par s’interroger sur les objectifs, la cible et les moyens disponibles (financiers et humains). Ces éléments seront déterminants sur la faisabilité de l’évaluation. Quels sont les objectifs principaux de votre mesure d’impact social ? À qui voulez-vous adresser les résultats ? Quels sont les publics visés ? Plus vous êtes clair sur l’impact que vous souhaitez créer, plus il vous sera facile de trouver votre focus pour aller dans la bonne direction.

#2. Gardez en tête votre raison d’être

Dans le cadre d’une étude d’impact, il est essentiel de faire le lien avec le contexte social, la problématique globale du secteur et la mission sociale. Redéfinir et formaliser la mission sociale de votre entreprise va vous permettre de clarifier ce sur quoi vous devriez vous concentrer. Synthétisez en une phrase la manière unique avec laquelle votre activité répond à une problématique. C’est votre mission, votre raison d’être. Par exemple, la mission de Microlux consiste à « proposer des microcrédits ainsi qu’un accompagnement adapté afin de répondre au mieux aux besoins des personnes qui n’ont pas accès au crédit bancaire traditionnel » .

impact2

#3. Associez vos parties prenantes à l’étude

Bénéficiaires, salariés, bénévoles, financeurs publics et privés, partenaires, … il est recommandé de cartographier les parties prenantes et de définir leur niveau et leur mode d’implication dès le démarrage. Réalisez une cartographie de vos parties prenantes en les segmentant par profil, en caractérisant les besoins et en identifiant les relations qui existent entre eux. Combien sont-ils ? Par quels canaux communiquez-vous avec eux ? Comment pouvez-vous les interroger ? Ces questions vont vous permettre de définir un périmètre réaliste.

 #4. Réfléchissez à votre impact sur le long terme

Mesurer votre impact actuel peut vous fournir des éléments très intéressants pour votre évaluation mais pensez à avoir une vision à long terme.

Prenons un exemple : Impuls est un programme d’accompagnement de futurs entrepreneurs à impact social. Durant le programme, une enquête de satisfaction est envoyée régulièrement aux participants afin de mesurer leur taux de satisfaction par rapport à divers éléments. Ces données permettent de mesurer la satisfaction quant à nos services mais n’ aident pas à voir ce qui doit être amélioré sur le long terme. Définir attentivement vos KPI vous permettra de mesurer votre impact réel et d’avoir des résultats tangibles et impactants. Par exemple, dans le cas d’Impuls, le changement de la situation entrepreneuriale/professionnelle des participants un an après le programme est un élément pertinent à mesurer.

impact3

 #5. Adoptez l’approche qui vous correspond

Diverses méthodes proposent un cadre pour guider une démarche d’évaluation. Ces approches, plus au moins exhaustives, permettent une certaine souplesse, notamment dans le choix des indicateurs. Il est indispensable de s’assurer que l’approche choisie est en adéquation avec les besoins et peut être mise en œuvre de façon réaliste. Gardez en tête que le processus dans lequel on s’engage et les résultats obtenus pourront ensuite vous aider à communiquer vers l’extérieur et notamment avec vos parties prenantes.

#6. Allez-y petit à petit  

Trouver les bons KPI à mesurer dans une étude d’impact contribuera grandement à assurer la durabilité de votre initiative (tant sur le plan financier que sur le plan de l’impact). L’évaluation de l’impact peut paraître compliqué vu le manque d’homogénéité sur les différentes méthodes existantes mais aussi sur l’investissement du temps et des moyens que cet exercice nécessitera. En fait, il faut avant tout bien se préparer et savoir pourquoi on se lance.

Ce contenu vous a plu ? Partagez-le !