Pourquoi cette ambition ?
Je pense qu’on se lance dans ce type de projet sans vraiment savoir qu’il y aura autant d’investissements. C’est la passion qui nous guide, c’est l’envie et on ne se rend pas compte de l’investissement personnel qu’il va falloir mettre dans le projet pour qu’il prenne vie et pour qu’il perdure. Tout simplement.

Comment la financer ?
L’investissement financier, on arrive à l’identifier, à le quantifier avec un business plan. Et ça nous paraît toujours réaliste. Tout à fait faisable, en fait. Le financement, je l’ai financé en partie avec mes biens propres, mais aussi et surtout avec une banque qui a décidé de me suivre et qui m’a suivie à la suite de l’analyse de mon business plan. Après, les choses ne sont pas aussi simples que je le dis. Donc, effectivement, j’ai dû hypothéquer mon appartement, j’ai eu un prêt de la banque que j’ai commencé à utiliser et une fois que mon activité était lancée, j’avais besoin d’une ligne de crédit et la banque ne m’a pas laissé la ligne de crédit pour travailler. Et c’est là que les choses se corsent. Donc oui les banques nous suivent, mais jusqu’à un certain niveau. C’est-à-dire qu’ils ne prendront aucun risque. Et c’était ensuite à moi de me débrouiller pour trouver des fonds, pour avoir une trésorerie assez confortable pour continuer le lancement qui a été un petit peu plus long que prévu.

Le lancement
Je l’ai préparé avec les médias, donc j’ai utilisé l’Essentiel, j’ai fait une grande communication sur Luxembourg, j’ai aussi utilisé des flyers, j’ai fait des affiches. C’est vraiment à l’ancienne les flyers mais c’est ce qui ce qui fonctionne très bien. Et j’ai distribué au plus grand nombre de personnes, dans les écoles, dans les différents quartiers autour du club, autour de là où il allait se situer. Et c’est comme ça que j’ai fait le lancement avec un weekend portes ouvertes pour me faire connaître.

Le timing
On croit toujours que ce qu’on va entreprendre, ça va être une success story et malheureusement, je dirai ça comme ça : « On a tous une histoire, mais on n’aura pas tous un succès fulgurant. » Ce qu’on nous montre, ce qu’on nous propose, c’est toujours des entrepreneurs qui ont réussi, qui ont réussi dans un délai aussi et un temps très, très court. Donc pour que c’est allé très vite, pour qui ça a été une ascension fulgurante. L’entrepreneuriat, ce n’est pas ça. L’entrepreneuriat, c’est beaucoup de travail, beaucoup d’ajustements et le succès vient avec le temps.