Aller au contenu

Réussir votre pitch : un super pouvoir d’entrepreneur.e

En tant qu’entrepreneur.e, vous serez amené.e à pitcher votre projet à de multiples occasions : obtenir un prêt auprès d’une banque, convaincre un jury lors d’un concours, trouver des partenaires, et même tout simplement présenter vos services ou produits…  Le pitch est un passage obligé. Mais pas de panique ! Bien structuré et avec de l’entrainement, cet exercice devient spontané et même satisfaisant. On a accompagné un bon nombre d’entrepreneur.e.s à le travailler, on vous explique aujourd’hui les ingrédients d’un pitch réussi.

Le mot d’ordre : préparation !

Présenter votre projet en si peu de temps requiert une préparation importante. Un bon pitch ne s’improvise pas. Il est indispensable de l’adapter en fonction des questions suivantes :

Quelle est votre intention ?

Est-ce pour convaincre un.e investisseur/sseuse, faire vibrer une foule pour gagner un concours ou vendre à un.e propsect.e ? Quelles sont les émotions que vous souhaitez faire passer à votre audience ? Et quelle action (call-to-action) souhaitez-vous que votre audience mette en place après avoir entendu votre pitch (s’abonner à votre newsletter, liker votre page Facebook, signer un mandat, …) ?

Qui est votre audience ?

A qui s’adresse votre pitch (investisseurs/sseuses, jury, acheteurs/sseuses potentiel.le.s, …) ? Quelle est l’information la plus pertinente à leur partager ?

Enfin, dans quel contexte se déroule-t-il ?

Ce n’est pas la même chose de pitcher sur une scène, devant 200 spectateurs/trices, ou dans une salle de réunion avec une dizaine de personnes.

La structure pour élaborer votre pitch

Nous vous proposons une structure de base que vous pouvez étoffer et adapter en fonction de votre audience, l’objectif et la durée de votre pitch :

Une accroche percutante

C’est crucial, vous devez capter l’attention de votre public dès les premières secondes. Vous pouvez l’interpeler par une question rhétorique, présenter un chiffre clé sur votre marché, partager un vécu, raconter une anecdote, etc. Embarquez-les avec vous immédiatement !

Le problème adressé

Quel est le problème auquel vous répondez et pourquoi est-il important pour vous et votre public ? Le storytelling est une bonne technique pour aider votre public à s’identifier au problème adressé. Il est important d’attirer l’attention sur le « pourquoi » de votre projet, sur sa raison d’être. N’oubliez pas que les gens n’achètent pas ce que vous faites mais « pourquoi vous le faites ».

La solution proposée

Il s’agit de présenter la solution spécifique au problème soulevé précédemment. Cette partie permet à votre public de mieux comprendre le produit ou le service. Il est important d’expliquer également ce qui vous différencie et pourquoi le public devrait faire appel à votre solution. Vous pouvez aussi présenter l’expérience que vivra l’utilisateur/trice pour que le public puisse s’y projeter et de ce fait, s’identifier.

La présentation de l’entrepreneur.e

Pourquoi êtes-vous la personne la plus à même de développer ce projet ? Mettez en avant votre expertise, vos compétences et vos valeurs. Projetez-vous dans le futur de votre organisation : partagez votre vision, votre ambition et vers où vous souhaitez mener votre projet, même si vous n’en êtes qu’au début. Une vision tournée vers l’avenir permet d’ajouter à votre discours une note positive et convaincante sur le développement de votre activité.

Un call-to-action

Qu’attendez-vous de l’audience ? Les voir participer à votre prochain événement, acheter, faire un don, devenir bénévole, investir, … ? Pour la conclusion de votre pitch, rappelez l’idée principale et créez l’envie auprès de votre public d’en savoir plus et de passer à l’action. C’est une étape cruciale pour laisser une impression positive à votre audience.

Comment vous préparer humainement pour réussir votre pitch ?

Maintenant que vous avez une idée de structure pour votre pitch, il est temps de travailler votre posture. Sachez que seulement 7% de notre communication provient des mots. Le reste repose sur le non-verbal (le langage corporel, la voix et l’intonation). Voici donc quelques conseils à retenir :

Soyez vous-même

N’adoptez pas un ton qui ne vous ressemble pas. Ne faites pas de phrases longues et alambiquées. Vous risquez de vous embrouiller et de créer de la confusion auprès de votre public. Soyez authentique et à l’aise avec ce que vous dites ! C’est en créant de l’authenticité que vous allez susciter de l’adhésion à votre projet.

Soyez confiant.e et convaincu.e

Ayez confiance en vous et soyez fan de votre projet/activité, sans pour autant tomber le fameux piège d’être plus amoureux/se de son produit que de son/sa client.e ! Vous connaissez la solution que vous vendez mieux que personne, donc vous êtes la meilleure personne pour en parler. La plupart du temps, les gens qui vous écoutent sont bienveillants et ont envie de soutenir des entrepreneur.e.s audacieux/ses.

Partagez votre enthousiasme et votre passion

Si, vous-même, vous ne dégagez pas d’enthousiasme par rapport à votre projet, qui le fera ? Partagez votre passion pour ce projet, montrez pourquoi il vous tient à cœur et surtout, comment il va améliorer la vie de ses utilisateurs/trices ! C’est en suscitant de l’enthousiasme que vous allez créer de l’adhésion. N’oubliez jamais votre motivation la plus profonde, celle qui vous a mené.e à l’entrepreneuriat.

Adoptez la bonne posture

Comme nous l’avons vu, la communication passe aussi beaucoup par le non-verbal. Préparez donc bien comment vous allez vous tenir, comment vous allez vous habiller, etc. Si vous êtes trop stressé.e, le mieux c’est de vous ancrer dans le sol, au lieu de bouger ou de basculer d’un pied à l’autre. Idem pour votre gestuelle : prenez quelque chose en main (qui ne fait pas de bruit) pour éviter des gestes parasitant l’attention de l’audience. En ce qui concerne votre logorrhée (débit, rythme de paroles), veillez bien à ne pas parler trop vite, prenez le temps en faisant de petites pauses. Les silences sont aussi impactants que les mots s’ils sont bien placés. Le contact des yeux est aussi très important pour établir une connexion avec votre public.

Entraînez-vous encore et encore

Un des ingrédients clés pour réussir votre pitch est de le répéter. C’est une compétence qui s’acquiert avec le temps, c’est à force de vous entraîner et de pratiquer que vous allez vous améliorer et tout déchirer ! Vous pouvez vous enregistrer devant une caméra pour visualiser votre performance et vous entraîner auprès de votre entourage et des gens qui pourront vous faire des retours pertinents. Saisissez toute opportunité de pitch qui se présente ! Et au fur et à mesure, vous allez prendre plaisir à vous adonner à cet exercice.

Nous espérons que cet article vous aidera à élaborer votre pitch. Rendez-vous ici pour faire le plein de ressources concrètes et flexibles sur l’entrepreneuriat.

Continuez votre découverte de l'entrepreneuriat local avec ces articles :

Éducation financière pour entrepreneur.e.s

L’éducation financière est un sujet qui nous concerne tous : particuliers et professionnels, entrepreneur.e.s et employé.e.s. En tant que nouvel.le entrepreneur.e, vous apprenez souvent sur le terrain, et souvent de vos erreurs. Une bonne éducation financière pourra atténuer ces erreurs et vous permettra de viser le succès et la pérennité pour votre entreprise. Nos experts…

Le business model en pratique

Le business model est la première étape à réaliser pour formaliser, structurer, modéliser et donner vie à votre projet. Travailler sur un business model est une étape essentielle, c’est un document clair, synthétique qui recoupe toutes les thématiques de votre entreprise, sans détails techniques. C’est aussi un document qui vous permettra de communiquer sur votre…

Construire un e-commerce de niche

Vous avez acheté la marque et le site Nutri-bay en 2017, quelles ont été vos premières actions ? On a d’abord migré technologiquement et agrandi notre offre de fournisseurs. Il y avait déjà des clients mais pas assez, il a fallu étoffer cette base. C’était vraiment un nouveau début, pour l’entreprise mais aussi pour les deux…

5 idées reçues sur les Sociétés d’Impact Sociétal (SIS)

Il faut créer une société avant de demander l’agrément Faux ! Contrairement aux idées reçues, il n’est pas obligatoire de créer une entreprise en amont de la demande d’agrément. Celle-ci peut être introduite tant par des entreprises déjà existantes que par des entreprises en cours de création. Si l’entreprise répond aux exigences légales, c’est-à-dire qu’elle définit…

Les 6 préjugés tenaces sur les startups (et les réalités qu’ils cachent)

Startup : le terme autrefois réservé à un cercle d’initiés est désormais entré dans le langage courant. En revanche, il n’est pas toujours utilisé à bon escient ! On l’entend même à tort et à travers un peu partout. Par ailleurs, l’univers des startups véhicule de nombreuses images pas toujours fidèles à la réalité, qui peuvent être…

Ce contenu vous a plu ? Partagez-le !